Cet enfant n’a jamais souhaité qu’une chose dans la vie: être original. Et baveux.

Bain-Marie est un petit garçon étonnamment éveillé pour son âge. A trois ans tout juste, il sait déjà lire et écrire, comme chaque membre de cette illustre famille. Marie-Torne se refuse à faire tester son QI car « il existe tant de formes différentes d’intelligence! »

Et bien sot celui qui ne se rendrait pas compte de la différence manifeste exprimée par son rejeton.

Le matin d’un froid 24 décembre, Marie-Torne, enceinte jusqu’aux dents, s’affairait à supprimer le monceau de linge à repasser. Marie-Torne repasse tout parce que les autres ne le font pas aussi bien qu’elle. Au diable les varices!

Brutalement, une force supérieure la jeta au sol. Marie-Torne hurla de peur et de douleur. Elle venait de ressentir la douleur des premières contractions.

Elle décida néanmoins de continuer à repasser. Face à un fer à repasser, Armoiry ressemblait à une poule explorant une fourchette, impossible, donc de compter sur lui. Marie-Bambelle n’étant âgée que de cinq ans, son débit n’était pas satisfaisant: elle atteignait péniblement douze chemises à l’heure, bien loin de l’excellence de sa maman.

Marie-Torne continua quelques heures à porter sa croix, se roulant par terre en hurlant et jurant comme un charretier à chaque contraction, mais reprenant immanquablement son occupation.

Quand elle eut terminé, elle informa Armoiry de son intention de prendre une douche et de partir à la maternité, puisqu’elle venait de perdre les eaux. Fucking shit! Elle venait de bousiller le plancher qu’elle avait posé la semaine précédente. Et totalement illusoire de compter sur Armoiry pour passer un coup de serpillière…

Elle alla à la salle-de-bain et monta lourdement dans la baignoire. A la fin de ses ablutions, elle convoqua Armoiry pour lui intimer de se laver les mimines, consciente que la naissance de son bébé aurait lieu chez elle.

Armoiry planta Marie-Bambelle devant un film de Krzysztof Kislovsky avant de s’exécuter; Marie-Torne hurlait dans son dos, le traitant de « putain de bordel de connard de merde » et de  » fils d’enculé de raclure de bidet ».

Lorsqu’il se retourna, Armoiry découvrit que sa femme avait mis au monde leur fils, leur héritier. Ils décidèrent de l’appeler Bain-Marie, en souvenir de cette cocasse naissance. Le deuxième prénom d’Armoiry étant Joseph et étant sensibles aux signes, le bébé porterait aussi le nom de Jésus.

En allant déclarer la venue au monde de son fils, sa bataille, à la mairie, Armoiry sollicita une entrevue avec le maire. Il proposa au magistrat de rebaptiser la rue « Rue Bain-Marie » et d’ouvrir un livret A au nom de l’enfant, afin que chaque citoyen sensible à cette aventure puisse faire un don.

 

Publicités