» Je suis le ténébreux, – le veuf, – l’inconsolé,  

Le prince d’Aquitaine à la tour abolie  

Ma seule étoile est morte, – et mon luth constellé  

Porte le soleil noir de la Mélancolie. « 

Ce sont les confidences qui m’ont été faites par le docteur House! L’affirmation de son désespoir un soir de manque de Vicodine ©… Plein de bon sens, il s’est tourné vers moi. Il a dû savoir que j’étais fan de psychologie (j’ai tout appris à Marcel Rufo, il me doit beaucoup).

 » Dans la nuit du tombeau, toi qui m’as consolé,  

Rends-moi le Pausilippe et la mer d’Italie,  

La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,  

Et la treille où le pampre à la rose s’allie. « 

Il a continué. J’ai cherché à analyser – aider l’Autre est ma vocation, sauf s’il est pauvre – ce désir de miséricorde pharmacodépendant.

J’ai chaussé mes lunettes, machinalement, pour me concentrer. On néglige souvent l’importance des rituels, c’est dommage.

Mais je vous parlerai de mes manies une autre fois, ça me gène de parler de moi.

Manque de bonheur: champ lexical du malheur important (inconsolé, consolé, désolé) construit autour d’une racine latine :  » solor  » (du grec Marie-Torne et par glissement sémantique: apporter un soulagement). Le pourquoi de sa vocation, somme toute. Ou du moins son point de départ. Présence bienfaitrice d’une personne sur qui il peut compter – je sais que ma discrétion vous aura surpris, ça fait des années qu’on se connaît.

Le malheur de l’artiste est d’être seul. L’actrice qu’il aimait est morte. MEME LES TABLOIDS NE SONT PAS AU COURANT!!!!

Merci de garder l’info pour vous, Chers!

L’adjectif  » seul  » insiste sur le fait que sa vie est entièrement vide. Heureusement qu’il m’a, moi!

Bon, semblerait qu’il se tape un bad trip genre  » communication avec les morts « . Avec un arrière plan mythologico-historique.

Pas de sa faute, il a fait Cambridge… Et est né à Oxford! J’adoooooooooore l’accent de Cambridge qui est né à Oxford! J’ai habité en Amérique, mais leur accent est si vulgaire que c’en est agressif!

Quoi qu’il en soit, on pourrait le penser enfoncé dans son malheur et sa folie, à la limite de la perte de son identité. Mais non, en fait. C’est faux. C’est pour les journalistes, ça!

Ou les fans, peut-être…

Vous pouvez constater qu’en tout cas, Marie-Torne est toujours à la pointe, le coeur sur les bourses la main et la première au courant.

Publicités