J’ai déjà vérifié sur un échantillon représentatif de pauvres pour lequel n>30 et sur une durée de plus d’un an que, malgré les légendes urbaines ou les rumeurs champêtres voire sylvestres, que le pompier n’est statistiquement jamais nu, plein de muscles et huilé dans la vie quotidienne.

J’ai en revanche noté que, pour la lance en avant, tout ce qui est colporté est vrai, le pompier aimant faire feu aussi souvent que le théâtre des opérations le permet.

Mon esprit curieux et éveillé m’a conduit à élargir (aïe!) mes investigations à d’autres corps (snorg!) de métiers de pauvres, tels que les chauffagistes, les plombiers ou encore les électriciens.

  • Les chauffagistes: ils viennent en bleu de travail un peu sale pour mettre en valeur leurs remarquables yeux bleus-verts-gris, sais plus trop, je… Le plus, c’est que PUTAIN, IL EST CANON, je le croquerais bien pour mon goûter!!! Le moins: son jeune âge ainsi que son air apeuré. Bon, en même temps, il n’est pas inconcevable que j’aie pu avoir une expression gourmande. Sans compter qu’il demeure un pauvre; au mieux accèdera-t-il au rang infamant de parvenu.
  • Les plombiers: en gris de travail. D’ailleurs, il est tout gris, bien que n’atteignant probablement qu’à peine la vingtaine. Il a dû bouffer trop de plomb, yeah! Il s’est excusé de demander pardon mais est-ce que je peux lui dire où couper l’eau, s’il-vous-plait, pardon? Le plus: efficace, ça lui a pris 10 mn. Le moins: pourquoi son chef a embauché un thon pareil? Ca doit etre son fils/neveu/filleul/cousin/frère! Ou alors une cooptation entre pauvres.
  • Les électriciens: alors là, c’est carrément pas la même limonade. Le sieur se pointe en jean-baskets-pull. Absolument très habillé, une fois de plus. Il a du bagou et est à l’aise avec les gens, même s’ils sont plusieurs. Le plus: il est souriant. Le moins: super relax, il est à la limite de la familiarité bien que nous ne soyons pas du même monde, mâââââârdkwâââ! Il semble oublier qu’il est pauvre. Flippant.

Bilan des courses: finalement, le fantasme de la ménagerie – c’est comme une ménagère sauf que c’est en argenterie – a encore de beaux jours devant lui parce que la réalité est tristounette, grise et timide. Et pauvre.

Les seuls à tenir au moins la moitié de leurs promesses sont les pompiers. Les autres sont trop jeunes.

Les autres critères retenus pour l’étude, tels que tabagisme ou alcoolisation (excessive ou non), ont en revanche révélé un état sanitaire de la population en net progrès. Il est cependant à déplorer que le travailleur manuel sente le plus souvent la sueur (+/- 0.01), ce qui tend à montrer que les pauvres sont des animaux qui ont des croyances superstitieuses telles que « la langue est le meilleur des savons ».

Remis en 3 (trois) exemplaires à qui de droit ce 29 (vingt-neuf) janvier (J-7) 2013 (deux mille treize).

 

Ouvrier
Publicités