Intégration débridée / à tout crin mardi, Fév 26 2013 

Non, non, ce billet ne traite pas des progrès industriels et commerciaux fulgurants de la Chine, ni même du Japon ou des Quatre Dragons. J’aime surprendre, hé hé!

Il n’est pas question non plus d’étrangers hippophages exclusifs. Re hé hé!

Je suis fortuitement tombée sur une information des plus étranges: certains Suédois – pas des Suédois Marseillais – abandonnent les noms traditionnels en « -son » ou « -sen ». Les pays nordiquessons ont une tradition de noms de famille se terminant en « -son » ou -« sen », soit des patronymes. Ainsi, en Suède, 19 des 20 premiers noms se terminent en -« son » tout comme 17 des 20 premiers en Norvège en « -sen » ainsi que 20 au Danemark, en « -sen » (en scène?) aussi.

 En Suède, une loi de 1982 a facilité les procédures de changement de nom. Il y a malgré tout certaines restrictions: on n’accepterait pas le nom « Bernadotte » qui est le nom de la famille royale ou des noms de célébrités (Zlatan, je suis dé-so-lée pour toi!).

Certains immigrants en profitent pour favoriser leur intégratson. On mentson ainsi une famille qui a choisi le nom « Mohammedsson », ce qui est un beau cas de métissage culturelson.

Un Suédois Suédois! Je trouve ça désopilant!  Moi qui pensait ce genre de fantaisie réservée aux immigrés asiatiquessons genre Georges-Alain N’Guyenson!

Comme disait l’autre: « Putain, ils sont forts, ces Arabes! »

Oui, oui, c’est possible!

 
 
 Zlatan3

Du juste dosage de l’hypocrisie en société mardi, Fév 5 2013 

L’hypocrisie est un vice à la mode et tous les vices à la mode passent pour vertus. Molière m’a tout piqué, le rat.

Je sais que c’est long à raconter et que ça m’énerve rien que d’y penser, mais bon, voilà, l’hypocrisie m’insupporte, m’exaspère, m’horripile (et je suis fort velue), m’excède et m’indispose. Ça doit être un truc de pauvres!

Ceci-dit, j’avoue que lorsqu’il s’agit de s’adresser à ma ù*$^%µ£¨de belle-sœur…

L’hypocrisie est-elle en réalité une qualité ou un défaut?

Bien que je me sois battue toute ma vie contre ce vilain défaut et que mon éternelle franchise m’ait causé bien des déboires (Dieu reconnaîtra les siens), je te dirais que c’est une qualité, voire même une base de l’éducation dans les milieux fréquentables… Savoir faire des courbettes au premier Julien-Gustave venu est essentiel et permet d’élargir le cercle de ses amis à l’insu de leur plein gré.

Tous ceux qui crieront au scandale penseront – s’il-vous-plaît Madame – à leurs belle-sœur, belle-mère, ou toute autre animal personne, pauvre ou non (soyons exhaustif) à qui ils font, au mieux, des sourires, au pire des simagrées alors qu’ils ne peuvent pas les souffrir. Tout cela dans l’intérêt supérieur de la Paix dans la Famille.

Vous constaterez au passage qu’il semblerait que ce soient toujours les mêmes – Moi – qui se cognent les efforts et les lumbagos subséquents aux-dits efforts, tellement que leur échine est étirée et qu’on danse la samba dessus.

Je dis donc bravo, et je vous envie (est-il possible de s’envier soi-même? Je suis si complexement intelligente!), car, voyez-vous, avec l’expérience due à mon âge (remarquable d’accumuler tant de bon sens en si peu de temps, hein?), je regrette parfois de ne pas avoir été plus souple, plus indulgente. L’eau, les plumes du canard, tout ça…

Lorsque je vois ma Famille si soudée, je me félicite d’avoir eu la présence d’esprit de me sacrifier. C’est mon œuvre, j’en suis fière.

Donc, logiquement, j’affirme que l’hypocrisie est une qualité sociale. Et que les autres feraient mieux de m’écouter au lieu de n’en faire qu’à leur tête. Ça ne coûte rien de reconnaître ma supériorité manifeste!

Pour rester cohérente, j’ai passé Noël toute seule dans le désert. C’était génial, j’étais drôle et de bonne compagnie, je n’ai pas fait la gueule une seule minute et me suis abstenue de me poser des questions déplacées. Je recommencerons l’an prochain, à n’en pas douter, HAHAHA!

HYPOCRISIE