Armoiry a le charmant quoique viril défaut d’aimer les grosses cylindrées bien carrossées. Hum. Je vous dispense de vos commentaires sur mon compromis châssis/moteur.

Bref, Armoiry roule en cabriolet. Je le soupçonne d’avoir choisi un modèle très sport afin d’avoir la possibilité de voyager sans les Héritiers et moi lorsque nous transhumons. Dès qu’il cesse d’être pauvre, l’Homme devient égoïste. Dès qu’il est marié, l’Homme cesse de converser. Dès qu’il m’aperçoit, l’Homme se planque. Dès qu’il a faim, l’Homme sait qui est le chef!

Il aime sa voiture comme un fou, comme un roi, comme une star de cinéma, tu vois, il l’aime comme ça…

Lorsqu’il est en voyage d’affaires, Armoiry se pavane au volant de son bolide, véritable aspirateur à gonzesses, sillonnant sans relâche les routes de France, la truffe humide et le poil rare mais luisant.

Autant dire que la moindre empreinte digitale dans/sur le carrosse a un fort effet d’accroissement de la prévalence des pathologies cardio-vasculaires (= « tu touches, il meurt » ).

Quitte à voir son mari s’enticher d’une danseuse, j’aime autant que ce soit une voiture, c’est moins difficile pour l’amour propre – je ne fais ici aucune allusion que ce soit à un éventuel scooter.

Mon frère fasciste est bête et donc pauvre mais a tout de même émis le souhait de se reproduire et a entrepris dans ce but de se trouver une grognasse à épousailler. Tout cela dans le but avoué de disposer de son utérus en toute liberté (vous ai-je déjà dit que mon frère est fasciste?).

Il a trouvé. Une grue de la pire espèce. MA BELLE-SŒUR!!! Pfiiiiiiiiou! Je m’arrête un instant, pardonnez moi…

Ils vont finir par avoir notre peau. Et Nadine de Rothschild – ♥ – ne peut rien pour moi.

Et évidemment, que croyez-vous qu’ils demandèrent à Mamiflette de demander à Papillon de demander à Marie-Torne de demander à Armoiry???

La Danseuse pour promener ce couple contre-nature à l’issue de ce mariage inconvenant.

 

J’ai dit non, il avait déjà aspiré sa gonzesse, pas la peine de flinguer les sièges de la Danseuse. J’ai sauvé la vie de mon mari.

 
Aspi messe
© Bidouze Stéphane
Publicités