Très étonnant, ce rêve: j’étais en train de me tortiller, torturée par les douleurs de l’enfantement, non pas dans une salle de naissance en attendant une péridurale, non pas dans une baignoire en train d’attendre que les mains d’Armoiry soient propres, non pas entre le bœuf et l’âne gris, non pas… Hum, bref. Non pas.

Vous ne pourrez jamais deviner où, alors je vous le donne en mille: sur le plancher d’un hélicoptère.
Ne faites pas les malins en me demandant de quel appareil il s’agissait exactement, vous ne feriez qu’étaler une désagréable et nauséabonde supériorité que Nadine de Rothschild ♥ blâmerait à coup sûr.

Globalement, vous feriez mieux de prêter un peu plus attention aux autres et de leur signifier à quel point ils sont importants et brillants. Oui, je vous trouve un peu mous du commentaire, Chers. Je vous inhibe? Vous savez, je conçois que mes talents écritoires et la vivacité de mes raisonnements vous paralysent un peu, mais que diââble! Je ne vais pas vous manger. Et je laisse venir à moi les pauvres et les simples d’esprit, vous savez… Je suis bonne. Ayez confiance!

Pour en revenir à mon rêve, j’imagine que mon utérus a pris un cours de samba la nuit dernière et que ça lui a rappelé de mauvais moments. Ça a eu une conséquence inattendue sur Armoiry qui, rongé par le stress, s’est mis à ronfler et très probablement – la supputation est de rigueur, après tout j’étais dans un état proche de l’Ohio – s’est mis à faire l’hélicoptère, animé par un fort somnambulisme décomplexé.

Moralité: ce n’est pas parce qu’on dort qu’on doit être conventionnel. Oui. Car oui!

 
coupe-cheveux-helicoptere
Source image: http://www.gentside.com/insolite/les-pires-coupes-de-cheveux-une-coupe-en-forme-d-helicoptere-dr_pic108739.html
Publicités