Il est toujours imprudent de tuer un pauvre solitaire.

En effet, si vous vous trouvez à l’extérieur, l’odeur de son corps écrasé va attirer une horde de pauvres – les plus dangereux sont les pauvre asiatiques, reconnaissables à leur couleur caractéristique – qui vont tenter de venir en aide à l’individu en difficulté.

Lorsqu’un pauvre est tué, une hormone est libérée et déclenche l’attaque de ses congénères situés à proximité. C’est un mécanisme de sécurité, destiné à protéger le nid des intrus.

Les phéromones du venin de pauvre sont puissantes à des concentrations très faibles. Porter des vêtements ou gants ayant été piqués par les pauvres ou portés en tuant des pauvres peut provoquer une nouvelle attaque.

Il a également été mis en évidence que certaines composantes du venin de pauvre se retrouvent dans des produits tels que les parfums, la banane ou l’orange.

Ces fruits sont réputés pour attirer les pauvres, aussi il sera plus prudent de se méfier en cas de pique-nique, voire de supprimer purement et simplement les-dits fruits du repas. Inutile de déclencher une attaque alors que vous savourez un délicieux moment estival!

Malgré le danger potentiel d’attaque, il est important de garder à l’esprit que les pauvres ne sont pas intrinsèquement agressifs envers l’homme. Méfiez vous cependant: une sentinelle est toujours à l’affût, protégeant l’accès au nid, et ne rechigne pas à un vol de reconnaissance pour évaluer la nécessité d’une attaque.

Que faire en cas de rencontre fortuite?

Il convient de ne pas provoquer l’assaut, ce qui est relativement aisé si l’on suit les quelques recommandations qui suivent.

Ne faites pas de mouvement vers le nid avec le corps ou le bras: un mouvement brusque peut déclencher une attaque de l’essaim la famille. Il vaut mieux s’écarter rapidement mais calmement, d’au moins 5 mètres, mais vous serez plus en sécurité à 10 ou 15 mètres.

Ne respirez pas en direction du nid ou d’un pauvre. Son odeur pourrait vous incommoder, cette réaction peut le surprendre et le rendre agressif.

N’empêchez pas un individu de retourner à son nid. N’essayez pas de détruire ce nid! Le pauvre est une espèce protégée et vous pourriez avoir maille à partir avec la maréchaussée.

Évitez enfin de faire trop de bruit à proximité des pauvres, cela les affole et les rend agressifs.

Que faire en cas de piqûre?

Le venin de pauvres est thermolabile, c’est-à-dire détruit par la chaleur (60°C) ou le froid: vous pouvez donc approcher la braise d’une cigarette, une compresse chaude ou un glaçon pour en diminuer les effets.

Si le haut du torse, la gorge ou la tête sont atteintes et/ou si une allergie à ce venin est connue, prévenez immédiatement les secours. Il est de toute façon plus avisé de consulter un médecin sans délai.

 

Voilà, j’espère que vous êtes désormais armés pour affronter les petits désagréments de l’été!

Ces conseils sont également valables pour les frelons et guêpes, ainsi que pour les Hollandais.

 
frelons
Publicités