Oui, indiscutablement, car ils ont besoin d’être élevés. Halte au nivellement par le bas!

Non, ne nous abaissons pas!

Chers lecteurs, vous vous doutez bien que la réponse à cette épineuse question est entre les deux extrêmes sus-exposés. Que penser? A quel saint non fasciste se vouer? Le point de vue communiste ne sera pas ici abordé par souci d’objectivité.

 

  • Oui, why pourquoi? il est couramment admis que tout courrier mérite réponse, preuve d’un soi-disant minimum de savoir-vivre. On se doit donc de faire parvenir dans les meilleurs délais un petit mot. Ne serait-ce que pour accuser réception de la missive initiale.
  • Non, why pourquoi? doit-on réellement se mélanger avec la Plèbe (je suis bien bonne ici de mettre une majuscule). Les gens de statut inférieur ne nous intéressent pas, il est par conséquent logique que nous ne leur accordions pas une attention exagérée.

Discussion: certes, la jeune femme de bonne famille aura à cœur de faire savoir à son interlocuteur qu’elle maîtrise parfaitement les codes de son milieu. Ceci lui permettra ainsi d’asseoir son autorité et donc de faire des réflexions bien senties si elle tombe sur un plouc, un indélicat (plouc déguisé), ou même pire: un parvenu (plouc total).

Exemple: des invités débarquent en nombre pour un repas et se contentent d’apporter une simple entrée ou un bête dessert. Fourguez-leur sans vergogne les restes les plus moches ou ceux qui vous semblent les moins appétants, après tout, ils n’ont rien fichu. En tout cas, vous en avez fait nettement plus.

Toutefois, faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages. Vous menez une vie ébouriffante et vos enfants vous pourrissent la vie prennent tout votre temps. Les gens bien élevés sauront bien comprendre entre les lignes que vous êtes débordée et que la missive peut attendre.

Avec un peu de chance et quelques semaines, ils finiront même par oublier que vous avez une réponse en souffrance.

 

Malgré tout, si on exige de vous et de façon publique une réponse (par exemple sur un réseau social alors que vous enchaînez innocemment les concours qui vous permettront un maximum d’économie à Noël), répondez sur le ton échevelé qui sied à votre quotidien.

Ne demandez jamais qu’on vous excuse, cela signifierait que vous étiez en faute. Et oui: les gens sont d’un sans-gêne inouï et jamais vous ne serez aussi effrontée qu’eux.

Ne tolérez jamais qu’on vous fasse attendre, ce serait une brèche dans votre totale domination.

Pires que les pauvres: les gens qui vous filent des complexes!

 
Boite_aux_lettres_drole_18
Publicités