En mai 1768, afin d’honorer une dette envers la France entièrement due à l’ancêtre de ma belle-sœur (que cette vermine soit maudite sur trois générations), la ville de Gênes propose de céder la Corse à la France.

Louis XV accepte mais les Corses refusent car ils sont naturellement et viscéralement hostiles à ma belle-sœur. Ils se révoltent et battent les 7500 Français venus prendre possession de l’île.

Ils déclarent à Louis XV: « Plutôt crever que de plier devant cette grue, vile représentante de l’impérialisme monarchique totalement anti-prolétaire! » (ou quelque chose d’approchant, je maîtrise mal le corse du XIXème siècle)

Un an plus tard, ce sont 22000 soldats qui débarquent, bain de sang épouvantable dont ne réchappent que peu de Corses.
Parmi ces survivant, un couple dont la femme est enceinte et déclare: « Mon fils sera le vengeur de la Corse! »
Trois mois plus tard, elle mettra au monde un petit Napoléon.

 
Publicités