Il est évident qu’une belle-sœur se doit de vous raconter en détail la totalité de ses mises-bas – « accouchement » est un terme réservé aux êtres humains – voire de vous contraindre à en regarder les films.

Pour ne pas être en reste, il convient de se mettre à sa portée et de l’instruire de la vie secrète de votre périnée. Normalement, tu devez constater qu’il est bien supérieur au sien et ça, ça n’a pas de prix. Il n’y a pas de petite victoire. Les petits ruisseaux font les grandes rivières. Un sou est un sou.

 

Tu lui poserez aimablement des questions sur la rééducation dont elle a été l’objet, ce qui vous permettra de conclure qu’elle est pourvue, au mieux, d’un périnée studieux. Elle a péniblement obtenu son diplôme de périnage en dix séances d’électro stimulation mais a a-do-ré papoter avec sa sage-femme.

Il est alors possible, il faut l’envisager, qu’elle sorte une sonde de son sac à main, afin de vous faire prendre conscience de sa supériorité technologique.

Émerveillez-toi, il est important de la mettre en confiance. Suggérez d’un air entendu qu’on dirait un sex-toy design (pronounce « sex toille dizaïn », sinon tu passerez pour une loque n’ayant jamais vécu aux States).

Viendra enfin le moment où on vous questionnera sur ton cas propre (toujours puisque vous prenez une douche chaque jour, TOI!).

 

Attendez qu’un maximum de spectateurs soit réuni avant de lui faire ta réponse, puis jetez-toi à l’eau d’un air aussi modeste que triomphant:

 » J’ai un périnée body-buildé, d’ailleurs ma sage-femme a insisté pour me filmer afin de donner de l’espoir aux femmes du monde entier!  » (non, pas mon dentier, pffff!)

 
Publicités