J’aime bien voyager.
Le hic, ce sont les attentes et les valises lourdes.
Pour les valises lourdes, j’ai un truc. Deux même!
Le premier: choisissez soigneusement un esclave avenant et musculeux. Vous pourrez ainsi le consommer après usage. Il est de bon ton de lui donner un sobriquet, ridicule si possible.
Le second: prenez des valises très lourdes et un air de victime que sa fierté empêchera de demander de l’aide. Ça ne rate pas. La testostérone ambiante n’y résiste jamais. Reportez-vous alors au premier truc.
Notez bien que ceci ne concerne que nous les Femmes, nous le charme.
Vous les muscles, tais-toi et rame! Je passe la belle-sœurité en tant qu’entité sociologique sous silence.
Bref, cet épineux problème résolu, je me suis retrouvée dans une gare à attendre mon avion, puisque faire comme tout le monde est d’un ennui mortel.
Me suis faite attaquer par une vieille dame.
 » Bonjour, Mademoiselle. Puis-je m’asseoir à côté de vous? « 
Kesskèveulaviok? Est-ce que j’ai l’air d’une mademoiselle-puis-je?
 » Faites, Mâdâme, je vous en prie! « 
Je me replonge illico dans mon addiction secondaire du moment.
 » Voyez-vous si le train qui part pour Tours est annoncé? « 
Haaaaan, comment elle est nulle, elle! Elle attend un train!
 » – Wi Mâdâme, mais pas le quai sur lequel vous devez vous rendre. T’habites à combien de kilomètres de Tours?
– Merci, Mademoiselle. Auriez-vous la gentillesse de me prévenir, s’il-vous-plaît?
– Mais bien sûr!
– Un petit chocolat? « 
Indice. La vieille qui offre ses chocolats, c’est un classique du Mossad.
Je prends un air niais, tends la main et la chope.
Je lui éclate le plexus scolaire avec le coude (j’ai un bleu), lui donne un grand coup de pied dans les valseuses et l’achève en lui éclatant les dents sur le bord du banc.
Mince…
C’était bien une vieille dame.
Bon, ben je prends le paquet de chocolats et un air dégagé.
Je quitte discrètement les lieux.
Je suis dans mon droit puisque l’erreur est humaine. J’envisage de porter plainte contre l’État.

Super Mamika, Serge Goldberger

Super Mamika, Serge Goldberger

Publicités