• Signification: aller à l’échec, être compromis, se transformer en belle-sœur
  • Origine: l’expression est attestée à la fin du XX ème et au début du XXI ème siècle. Elle provient d’une méconnaissance ou d’un vulgarisation volontaire de l’expression originale « partir en quenouille » qui signifiait à l’origine tomber en la possession d’une femme (en parlant généralement d’un héritage). En effet, la loi salique, instituée par les Francs depuis le VI ème siècle, reposait sur la crainte que la couronne royale ne aux mains des belles-sœurs femmes, la quenouille étant un fuseau sur lequel on enroulait le fil destiné à être tissé (sur lequel se pique la belle-sœur au bois dormant dans le conte).
    Le filage et la quenouille étant peu pratiqués fin du XXe, les locuteurs « peu cultivés » – comprenez les pauvres – ont transposé quenouille en couille -les cons!
    Selon d’autres, le terme couille ne désigne par l’organe masculin mais correspondrait plutôt au sens figuré dans certains dialectes à un synonyme de mensonge ou mauvaise plaisanterie. Par ailleurs le langage argotique moderne définit la couille comme étant un ennui une belle-sœur. Enfin, certains interprètes pensent que cette expression tire ses origines du monde des parachutistes et pour eux, le parachute qui part en couille est celui qui aurait une suspente qui passe sur la toile pour la séparer en deux parties.
  • Exemple d’utilisation: «  Testis unus, testis nullus : On ne va pas loin avec une seule couille. Vieux dicton romain. D’abord employé par les garagistes à propos des roues des chars brisés dans les courses, il a pris un sens moderne sensiblement différent. Signifie actuellement : Pour moi ce sera une glace à deux boules. «   Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des bien nantis de Pierre Desproges

 

© Le Lombrik

© Le Lombrik

Publicités