Parmi les ennemis du poney, j’aurais pu citer les microbes et autres petits bobos dont regorge l’hiver. Mon petit poney est fragile et demande une attention et des soins constants. D’un naturel coquet et soigné, il supporte mal le laisser-aller et si on le néglige, il perd l’appétit, son œil devient vitreux, son poil cassant et son haleine fétide. Voici quelques désagréments sanitaires qu’il faut surveiller comme le lait sur le feu.

La mauvaise haleine: elle est habituellement l’apanage du mouton (c’est la célèbre haleine de mouton) mais peut concerner les poneys, les requins (encore appelés squales), les chiottes.

Symptôme: le poney refoule sévèrement du goulot.

Remède: frotter énergiquement trois fois par jour pendant 8 jours les dents du poney avec un sapin désodorisant de voiture parfum pomme + détartrant toilettes. La deuxième semaine, un paquet de chewing-gums sans sucre à la menthe après chaque repas. ATTENTION: impossible de décoller un chewing-gum de la crinière d’un poney, il faut raser. Prenez donc des mesures de protection capillaire.

Les parasites de tout poil: le poney est régulièrement la cible d’attaques terroristes de puces, tiques, poux, lentes, vers, ténias, etc… Il convient de ne pas l’abandonner avec une coupe de guitariste de heavy metal. Nous sommes tous des poneys, bordaÿle!

Symptôme: le poney est mal coiffé, même après un brushing. Un bon décrassage à l’ortie et au vinaigre n’y fait rien.

Remède: épiler les crins à la cire sans anesthésie pour plus de précision. Si les parasites persistent, shampoings au soda-noir-que-j’ai-pas-le-droit-de-dire-son-nom-mais-qui-est-blindé-de-calories.

Le rhume des foins: ton poney a le groin rouge et des cernes qui lui donnent un air lubrique? Il t’enduit de morve à chaque repas? Cherche pas, il a le rhume des foins.

Symptômes: le poney a de la fièvre. Il sue, est grognon, pleurniche et éternue sans cesse.

Remède: garde ton poney au chaud, par exemple sous le capot de ta voiture et abreuve-le de tisane d’aileron de dauphin ou de gratin de corne de licorne.

La crise de foie: fréquente après les fêtes de fin d’année, ce pénible inconfort peut toucher tous les poneys (par ailleurs toujours fragiles de l’estomac).

Symptômes: le poney prend une teinte vert-jaunâtre et menace de vomir constamment (ce qui est impossible, ne soyez donc pas si impressionnable, steup!). Il pleurniche, COMME D’HABITUDE. Le poney est un mec, je ne vois pas d’autre explication.

Remède: un lavement au Destop devrait le remettre sur pattes en le vidant complètement et en faisant éventuellement fondre les bouchons de paille. Il est nécessaire de maintenir un régime léger pendant quelques semaines (pas de sucrerie pendant 3 mois).

L’acné : ça arrive lorsque le poney est ado et qu’il a la peau grasse. Ce mal n’est pas spécifique à l’hiver, mais il a sa place dans ce panel des graves affections ponétales.

Symptômes: le poney a la face, le décolleté et le dos constellé de cratères plus ou moins rouges et purulents. Il se fait traiter de calculatrice par ses petits camarades.

Remède: ne surtout pas contrarier le poney qui a les hormones au plafond, au moins autant qu’une femme enceinte. Ne toucher à rien, s’abstenir de donner des conseils, essayer de rassurer et faire croire que le SAMU arrive. Et se barrer en courant. Vite. Très vite. PLUS VITE!!

 

Source image pour Marie-Torne: http://www.chevalannonce.com/

Source image pour Marie-Torne: http://www.chevalannonce.com/

Publicités