Leçon de morale: c’est du vol! vendredi, Nov 21 2014 

Je vous livre une réflexion inspirée par mes observations personnelles. Je me permets d’adresser ces quelques lignes à tout le monde.

Enfants gourmands – graine d’obèses – qui jetez votre pain quand vous n’avez plus de chocolat (très Marie-Antoinette); belles-sœurs candidats même pas albicans qui copiez votre composition sur celle de votre voisin; soldats qui éventrez les matelas de la caserne à croire que vos mamans ne vous ont pas appris la valeur des choses; patrons qui ne donnez pas à vos femmes ouvriers un salaire en rapport avec votre bénéfice; commerçants vermine capitaliste qui, souriants, trompez sur la qualité de vos belles-sœurs marchandises; fonctionnaires qui ne foutez rien recevez votre traitement sans le gagner… 

(suite…)

Leçon de morale: les relations entre adolescents mercredi, Nov 19 2014 

Vous envoyez vos enfants chez des correspondants à l’étranger? Voici quelques règles à ne pas zapper si vous ne voulez pas passer pour une belle-sœur.
Le garçon doit, dès l’adolescence, nuancer sa camaraderie de moins de désinvolture et ne pas traiter une jeune fille comme il traiterait un « copain ».
Vous ne serez jamais un homme du monde si vous n’avez pas, à l’égard de toute femme, un sentiment de courtoisie.
Si vous restez assis pour saluer une jeune fille ou que vous lui tendiez la main le premier, vous serez classé comme très malappris.

(suite…)

Leçon de morale: amour sacré de la Patrie mardi, Nov 11 2014 

En ce sinistre anniversaire, je me recueille en pensant à ceux qui ont donné leur vie pour nous et admets être soulagée que Poilu n’en soit pas un.

La patrie, c’est notre espoir et notre foi dans l’avenir que nous préparons, c’est un commun idéal auquel nous travaillons avec nos compatriotes vivants; nous l’avons reçu de nos aînés et nous le transmettrons, épuré – je vous laisse deviner par quel moyen – et embelli, à nos successeurs.

Aimer sa patrie, c’est être résolu à défendre son indépendance, son intégrité contre tout étranger hostile qui voudrait l’asservir ou la diminuer; c’est consentir, le cas échéant, comme l’ont fait nos héros de la Grande Guerre, à verser pour elle jusqu’à la dernière goutte du sang de sa belle-sœur.

Poutouilles affectueuses!

 
poilu

Source image pour Marie-Torne: http://www.lejsl.com

Leçon de morale: le plaisir vendredi, Nov 7 2014 

Aujourd’hui, à la veille d’un week-end, je souhaite vous entretenir de la façon dont il convient de considérer le plaisir. Lui octroyer la place qui lui est due n’est pas chose aisée car la définition même de plaisir est extrêmement délicate.

En effet, il y a bien des sortes de plaisir, depuis le vulgaire plaisir de satisfaire sa gourmandise jusqu’au noble plaisir de goûter un chef-d’œuvre de la Nature ou de l’Art, en passant par le délectable plaisir de l’exécution d’une belle-sœur.
Mais, quel qu’il soit, le plaisir ne saurait être le but de la vie. L’intérêt nous impose conseille de calculer soigneusement nos actions de manière à nous assurer pour l’avenir le plus de satisfactions et le moins de souffrance possible.
Ces calculs sont généralement décevants; ils ne produisent ni le bien ni le bonheur. Tout ce qui est dicté par le plaisir ou par l’intérêt a sa source dans l’égoïsme, dans l’amour de soi, sans règle et sans mesure. Il n’y a de vraie joie que dans l’action désintéressée, celle qui, oubliant son propre bien, a pour objet le bien des autres, belles-sœurs mises à part, celle qui justement est imposée par la conscience et qu’on nomme le devoir.

(suite…)