Leçon de morale: le plaisir vendredi, Nov 7 2014 

Aujourd’hui, à la veille d’un week-end, je souhaite vous entretenir de la façon dont il convient de considérer le plaisir. Lui octroyer la place qui lui est due n’est pas chose aisée car la définition même de plaisir est extrêmement délicate.

En effet, il y a bien des sortes de plaisir, depuis le vulgaire plaisir de satisfaire sa gourmandise jusqu’au noble plaisir de goûter un chef-d’œuvre de la Nature ou de l’Art, en passant par le délectable plaisir de l’exécution d’une belle-sœur.
Mais, quel qu’il soit, le plaisir ne saurait être le but de la vie. L’intérêt nous impose conseille de calculer soigneusement nos actions de manière à nous assurer pour l’avenir le plus de satisfactions et le moins de souffrance possible.
Ces calculs sont généralement décevants; ils ne produisent ni le bien ni le bonheur. Tout ce qui est dicté par le plaisir ou par l’intérêt a sa source dans l’égoïsme, dans l’amour de soi, sans règle et sans mesure. Il n’y a de vraie joie que dans l’action désintéressée, celle qui, oubliant son propre bien, a pour objet le bien des autres, belles-sœurs mises à part, celle qui justement est imposée par la conscience et qu’on nomme le devoir.

(suite…)

Répondre à une invitation à un mariage chiant mardi, Mai 27 2014 

Un mariage… Quoi de plus barbant quand il ne s’agit pas du sien?
Une séance chez le dentiste (Sophie, c’est pour toi!)? Naaaan!
Un cours de programmation informatique? Naaaan!
L’ablation d’une écharde sans anesthésie? Naaaaaaaaan!
La réponse est: rien de plus chiant! Ou plutôt si: le mariage – chose la plus chiante du monde – le plus chiant du monde est sans AUCUN doute celui de mon frère fasciste et de ma belle-sœur.
Certains ont une certaine idée d’une certaine France, personnellement j’ai une certaine idée de ce que doit être le Purgatoire. Et j’affirme ici que ça n’a absolument rien à voir avec les dragées Fuca (ca). Ni les élections européennes (je suis hautement politiquement incorrecte et subversive, c’est ma vraie nature).

Bref, ceci explique en tout cas que je me soucie du problème épineux suivant: que faire pour ne pas se rendre à un mariage sans répondre que vous ne viendrez pas?

  • Option 1: prétendez que nononononon, vous n’avez JAMAIS eu un quelconque faire-part entre les mains, sinon tu penses bien que je t’aurais répondu, c’est bien le minimum quand on a deux sous de jugeote et un minimum d’éducation, Chère! Certes, c’est un peu facile et vous risquez – mesurez le risque pris – de ne pas être jugée sincère. Bon, en même temps, c’est votre belle-sœur, je crois pouvoir avancer sans m’égarer totalement qu’on s’en tamponne allègrement le coquillard, n’est-ce pas?
  • Option 2: peut-être qu’on vous a vue arriver et que pour éviter la situation de l’option 1, on vous invite lors d’une discussion téléphonique. Méfiance. Ne décrochez JAMAIS le téléphone lorsque votre frère ou votre belle-sœur appellent. Et faites rappeler quelques jours plus tard par un des Héritiers en prétendant que le message vocal semblait enregistré depuis le tunnel du Mont Blanc, une nuit d’incendie un vendredi 13 à 13h13. Fatalement, tu comprends, dix jours avant c’est un peu juste pour trouver de quoi nous loger tous décemment! Vous en profitez ainsi pour souligner le fait que vous êtes livrée à vous-même pour vous loger, la mariée ayant le mauvais goût – hasard, Balthazar! – de provenir d’une région lointaine et sans lien avec celle de vos ancêtres. Les familles de pauvres habitent de curieuses maisonnettes, comprenant toutes moins de quatorze chambres. Ridicules!
  • Option 3: ignorez le le message téléphonique, niez de tout votre petit être pur, vous avez votre bonne foi pour vous. Comment pourrait-on douter de votre sincérité alors qu’aucun de vos Héritiers n’a tenté de prendre des nouvelles de façon opportune? Hein? Je pose la question! Ne manquez pas de faire remarquer que seul le faire-part arrivant dans la boîte aux lettres est sûr et correct. Une belle-sœur qui ignore tout ou presque des usages en vigueur dans le Monde ne peut qu’apprécier que vous lui en indiquiez subtilement les arcanes. Surtout au moment de son mariage puisque, après tout, c’est LE jour où mieux vaut éviter de se déchirer!
  • Option 4: est-il nécessaire de vous indiquer la marche à suivre si vous recevez un mail? Ne l’ouvrez même pas, traitez-le comme le spam qu’il est en réalité. Votre ù^$*%¨£µ de belle-sœur de µ¨%£^*$ù est capable de vous coller un accusé de lecture tellement elle est fourbe et retorse, tout ça sous prétexte que vous ne vous donnez jamais la peine de lui répondre. Hum. La sotte petite chose!

Vivent les mariés!

Doit-on réellement répondre au courrier des gens plus bêtes que nous? lundi, Mai 12 2014 

Oui, indiscutablement, car ils ont besoin d’être élevés. Halte au nivellement par le bas!

Non, ne nous abaissons pas!

Chers lecteurs, vous vous doutez bien que la réponse à cette épineuse question est entre les deux extrêmes sus-exposés. Que penser? A quel saint non fasciste se vouer? Le point de vue communiste ne sera pas ici abordé par souci d’objectivité.

 

  • Oui, why pourquoi? il est couramment admis que tout courrier mérite réponse, preuve d’un soi-disant minimum de savoir-vivre. On se doit donc de faire parvenir dans les meilleurs délais un petit mot. Ne serait-ce que pour accuser réception de la missive initiale.
  • Non, why pourquoi? doit-on réellement se mélanger avec la Plèbe (je suis bien bonne ici de mettre une majuscule). Les gens de statut inférieur ne nous intéressent pas, il est par conséquent logique que nous ne leur accordions pas une attention exagérée.

Discussion: certes, la jeune femme de bonne famille aura à cœur de faire savoir à son interlocuteur qu’elle maîtrise parfaitement les codes de son milieu. Ceci lui permettra ainsi d’asseoir son autorité et donc de faire des réflexions bien senties si elle tombe sur un plouc, un indélicat (plouc déguisé), ou même pire: un parvenu (plouc total).

Exemple: des invités débarquent en nombre pour un repas et se contentent d’apporter une simple entrée ou un bête dessert. Fourguez-leur sans vergogne les restes les plus moches ou ceux qui vous semblent les moins appétants, après tout, ils n’ont rien fichu. En tout cas, vous en avez fait nettement plus.

Toutefois, faut pas prendre les enfants du Bon Dieu pour des canards sauvages. Vous menez une vie ébouriffante et vos enfants vous pourrissent la vie prennent tout votre temps. Les gens bien élevés sauront bien comprendre entre les lignes que vous êtes débordée et que la missive peut attendre.

Avec un peu de chance et quelques semaines, ils finiront même par oublier que vous avez une réponse en souffrance.

 

Malgré tout, si on exige de vous et de façon publique une réponse (par exemple sur un réseau social alors que vous enchaînez innocemment les concours qui vous permettront un maximum d’économie à Noël), répondez sur le ton échevelé qui sied à votre quotidien.

Ne demandez jamais qu’on vous excuse, cela signifierait que vous étiez en faute. Et oui: les gens sont d’un sans-gêne inouï et jamais vous ne serez aussi effrontée qu’eux.

Ne tolérez jamais qu’on vous fasse attendre, ce serait une brèche dans votre totale domination.

Pires que les pauvres: les gens qui vous filent des complexes!

 
Boite_aux_lettres_drole_18

Urinothérapie: une panacée difficile à avaler? samedi, Mai 10 2014 

Un p’tit verre de pisse et te voilà pétant le feu!

Cette croyance est à la base de l’urinothérapie. Selon les adeptes de cette thérapie, l’urine est un véritable « élixir de vie ». J’en suis. Slurp!

Comment s’y prendre ? Avec un verre tout simplement. On le remplit d’urine à la source et on boit encore tout chaud. En usage externe, toute liberté est donnée : en démaquillant ou en après-rasage sur le visage, en shampooing sur les cheveux… Elle est efficace dans les cas de grippe, de rhume, de fractures, de maux de dent, de peau sèche, de psoriasis et d’une foule d’autres problèmes d’épiderme. J’en donne à Armoiry à chaque poussée d’eczéma.

On mentionne aussi le vieillissement et le sida, les allergies, les morsures d’animaux et de serpents, l’asthme, les cardiopathies, l’hypertension, les brûlures, le cancer, les intoxications aux produits chimiques, la varicelle, l’entérite, la constipation et la pneumonie.  J’en donne à Mamiflette et Papillon chaque fois que nous allons en vacances chez eux! Les parents sont des êtres précieux desquels on doit prendre soin.

Elle combat la dysenterie, les œdèmes, l’eczéma, l’irritation des yeux, la fatigue, la fièvre, la gonorrhée, la goutte, la petite vérole, les troubles immunologiques, les infections, la calvitie, l’insomnie, la jaunisse, l’hépatite, le sarcome de Kaposi, la lèpre, les troubles du système lymphatique, l’urticaire, les nausées matinales de la grossesse, la gueule de bois, l’obésité, le virus du papillome, les parasitoses, les ulcères gastriques, les rhumatismes, les taches de naissance, les accidents vasculaires cérébraux, la congestion, le lumbago, le typhus, la gastrite, la dépression, l’herpès simple, la tuberculose, le tétanos, la maladie de Parkinson, le pied d’athlète, le diabète, ainsi que d’autres maladies d’origine endocrinienne. Mes enfants en prennent à chaque petit déjeuner. Ils ne sont jamais malades. Le matin est plus propice à la chose car l’urine est alors plus concentrée.

Mon info plus: l’urine d’eunuque est souveraine pour rendre les femmes fécondes.

Mon frère fasciste est bien entendu réfractaire à toute forme de médecine alternative, celle-ci en particulier. Vous voyez, ça rend méchant!

Cinq millions d’Allemands boiraient leur urine ou s’en enduiraient pour se soigner. Jamais été aussi calmes! Deux millions au Japon… Jamais été aussi irradiés! Un million aux Pays-Bas. Jamais été aussi défoncés!

Personnellement, je suis en pleine forme, mais à la moindre alerte, je m’en jette un petit godet .

 
urino
Source image: http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID9/100.html

L’art de ne pas inviter les gens chez vous jeudi, Mai 8 2014 

Ma chère belle-sœur (puisque c’est ainsi que je me dois de te désigner), j’ai le grand honneur de vous convier à la Bar Mitzvah (en hébreu  בר מצוה) de Bain-Marie.

Voilà, c’est dit, c’est familial donc obligatoire, vous allez une fois de plus vous taper tout le boulot. Il va donc falloir ruser pour limiter les dégâts.

 

Première possibilité: signifier immédiatement que vous ne vous offusqueriez pas que votre belle-sœur ne vienne pas, après tout elle vit loin, à au moins… 4 km de chez vous.

« Vous êtes bien entendu conviés à la cérémonie, mais je comprendrais votre absence! »

Comme elle a le toupet d’avoir plus d’enfants que vous, elle devrait avoir le bon sens de comprendre que, si elle ne participe pas aux frais de bouche, sa venue représente une charge financière conséquente.

 

Deuxième possibilité: la douche écossaise. Elle se déroule en deux étapes et demande donc que l’on s’y prenne un peu en avance.

  • « Je suis ravie de vous recevoir à la maison! »  Vous laissez entendre que vous recevrez chez vous, Petite Fourbe! La belle-sœur, être sot par nature, va comprendre que vous allez l’accueillir et que gîte et couvert l’attendront. Vous mettrez tout en œuvre pour que, le cas échéant, ce soit effectivement comme ça que ça se passe.
  • « Ha mais attends, je ne suis pas certaine de pouvoir vous loger, j’ignore qui exactement sera à la maison ce jour-là (parents, grands-parents, huissier de justice, prof de fitness, etc…) » La belle-sœur va se rencarder sur les moyens locaux d’hébergement, mais comme elle a toujours autant d’enfants, elle sera financièrement contrainte à l’abandon. Et voilà! L’affaire est dans le sac! L’air de rien, vous avez mis cet événement à profit pour refaire votre maison du sol au plafond, en passant par les murs. Vous êtes de surcroit pleinement libre d’en profiter. La classe internationale, Nadine serait fière de vous!

Troisième possibilité: ne répondre qu’au dernier moment aux demandes de précisions, empêchant par là les nombreux autres de s’organiser et donc de venir.

 

Munis de toutes ces armes, vous devriez enfin vivre des fêtes familiales tranquilles, sans famille. Merci qui??

Recevoir

Toi aussi joue avec un pauvre. mercredi, Avr 30 2014 

Vous souvenez-vous du film Le dîner de cons, de Francis Veber?

Tous les mercredis, Pierre Brochant et ses amis reçoivent des cons. Petits, gros, jeunes, grands… L’idée consiste à trouver la perle rare, le plus spectaculaire des spécimens. 

Voilà une façon intelligente de rapprocher les gens dont les origines sociales sont on ne peut plus éloignées! Le pauvre prouve par là son utilité et justifie la place qu’on lui accorde dans la société, puisqu’on peut être amené à se demander s’il sait faire autre chose qu’être un tire-au-flanc au chômage, n’est-ce pas?

Les gens bien montrent qu’ils sont capables d’humour et de générosité en invitant des étrangers à leur table et sauront pour une fois mettre leur modestie de côté.

Mon conseil Nadine de Rothschild ♥: attention toutefois de ne pas sombrer dans la condescendance, ce qui, je le rappelle avec fermeté (normal, je cours!), n’a rien à voir avec les enfants des pauvres.

 

Préparer sa soirée: faites place nette et lancez des invitations dès que vous en aurez le clou.

Recevoir des invités chez soi est une marque d’amitié et d’estime pour chacun d’entre-eux. Cela fera un effet bœuf à votre pauvre.

Il faut par conséquent que vous accompagniez vos convives tout le long de la soirée et ne pas vous éclipser toutes les deux minutes pour vérifier le rôti ou préparer le couvert (sauf que vous n’aurez pas le choix si c’est vous qui vous tapez tout le boulot, remember « Les agapes de Noël » ).

Il faut par conséquent tout organiser à l’avance, depuis les plats à présenter jusqu’au moindre détail. 

Ne négligez pas le cadre: votre pauvre pourrait être embarrassé par le faste dans lequel vous vivez car vous savez tenir votre rang.

Dès que le nombre d’invités dépasse la dizaine, mieux vaut faire appel à un traiteur et concocter avec lui le menu qui sera livré quelques heures avant la soirée. Voilà une chose qui échappe to-ta-le-ment aux pauvres, hahaha!

En attendant les retardataires – l’exactitude est la politesse des rois, mais « le quart d’heure » de retard est une mode dévastatrice – et pour ouvrir les festivités, un apéritif doit être servi.

Une demi flûte de champagne est appropriée mais à défaut, un punch pétillant suffira largement. Prévoyez de la bière, les pauvres en sont friands.

Des amuse-bouches légers seront mis à la disposition des invités mais en quantité limitée, sinon ils ne pourront plus faire honneur au dîner et tout cela finira par vous coûter un bras.

L’hôte portera un toast et prononcera un petit discours rappelant le motif de la soirée. A vous de la jouer fine et de vous fendre d’un laïus à double sens. L’apéritif ne doit pas s’étendre au-delà d’une demi-heure, sinon votre pauvre sera bourré et adieu soirée désopilante.

 

Comment choisir son pauvre?

Choisissez-le avenant et aimable, généreux et prompt à partager ce qui fait sa joie. Un enthousiaste « You made my day! » le fera bondir de bonheur, persuadé qu’il sera de vous avoir fait voyager dans l’Amérique chérie de votre enfance.

Tentez de trouver un quidam que ses congénères qualifient de bonne pâte.

Tout ceci devrait vous garantir que votre pauvre acceptera sans se poser de question votre charmante – quoiqu’intéressée! – invitation.

Veillez enfin à ce que cet être charmant à défaut d’être câblé possède une passion dévorante et spectaculaire.

Assurez vous également de son hygiène, vous pouvez être incommodés par le bruit et l’odeur.

Exemple: depuis juin 2013, Bryan Bednarek détient le record du monde d’applaudissements. Il a applaudit exactement 802 fois en une minute.

http://www.gentside.com/insolite/record-bryan-bednarek-l-039-homme-qui-applaudit-le-plus-vite-dans-le-monde_art51581.html

 

Voilà! J’espère que votre prochain festin sera divertissant. N’hésitez pas à me le raconter par le menu, évidemment. Les possibilités sont infinies.

 
 

Mojito lundi, Avr 28 2014 

 

Un mojito doit-il se boire avec une paille? Si oui, avec une seule paille? Si oui, pourquoi? Si oui, avec quel rhum? Si oui, dois-je planter de la menthe dans mon jardin? Si oui, dois-je acheter un jardin?Comme vous le constatez, le mojito est un sujet brûlant suscitant bien des passions et possédant ses codes et ses tabous.
Nous tenterons d’en décrypter les méandres et d’en éviter les écueils.
Première étape: réunir les ingrédientsPour émerveiller vos papilles, vous devrez disposer

  • de rhum: ceux des Antilles conviennent parfaitement
  • de sucre: roux, ça aura plus de goût
  • de glace pilée, c’est mieux que les glaçons
  • de citron vert: certes, on ne peut pas toujours en avoir dans son jardin, mais on peut bien faire un effort une fois le temps
  • de menthe: facile à faire pousser. Si vous devenez consommateur régulier, va vous en falloir une grosse touffe odorante (♥)
  • de l’eau gazeuse, éventuellement remplaçable par les originaux par de la limonade à la grenade (pardon, Mère Coupable!)

Deuxième étape: la mise en placeBroyez joyeusement au pilon un peu de menthe avec le sucre, ajoutez le rhum et versez dans un grand verre. Ajoutez le citron, la glace pilée et complétez à l’eau gazeuse.Décorez votre verre avec DEUX pailles: une pour remuer et une pour boire.Nous y voilà: la paille est indispensable à la dégustation mojitienne (pas mauricienne, j’insiste sur l’orthographe) parce que si on boit au verre, on n’a que l’eau et les glaçons. C’est nul. C’est froid. C’est non festif.La question est la suivante: vais-je perdre de l’aspiration si je bois avec plusieurs pailles? Probablement. Et plus le niveau de mojito baisse, plus l’aspiration devient difficips!Que faire en cas de perte d’aspiration?La première chose à faire est de mettre votre mojito hors tension. Ensuite, videz-le et vérifiez les filtres. Si la baisse de l’aspiration persiste après le nettoyage et le remplacement de tous ces composants, contrôlez le flexible, le tube, l’embout des pailles et la taille des morceaux de menthe. Si ces accessoires sont obstrués, défectueux ou chargés de fibres ou de poils, votre mojito aura des difficultés pour aspirer. Il faut donc les démonter et les nettoyer, mais, encore une fois, n’oubliez pas de mettre le mojito hors tension avant d’effectuer ces opérations.
Je vous déconseille vivement les mojitos prêts à boire qui ne sont consommables que si l’on y ajoute du citron, de la menthe, du sucre, du rhum et de la glace pilée.Il ne vous reste plus qu’à vous entraîner intensivement pour mettre une grosse pile à votre belle-sœurps lors de votre prochaine confrontation affrontement rencontre et pour lui démontrer votre indiscutable supériorité technips.

 

 

Faut-il accepter une envahissante complicité entre ses enfants et adhérer à la théorie du gendre? mercredi, Avr 23 2014 

Je me suis moi aussi posé cette question au détour d’une situation quotidienne. La vie est parfois d’une grande cruallité, n’est-ce pas?

A chaque fois que je demande à Etorki de m’embrasser, elle refuse, me signifiant, avec son adorable et incomparable verve enfantine, que je suis « nulle » et que je « pue ».

En revanche, lorsque Marie-Bambelle ou Bain-Marie partent à l’école, la morue ne se fait pas prier pour s’exécuter, non sans m’adresser un regard plein de défi, direct de ses petits yeux fourbes à mon cerveau ébranlé.

Est-ce le signe de son évidente précocité intellectuelle? Peut-on avoir un deux enfants dont l’adolescence commence avant l’âge de cinq ans? Ma fille est-elle autre chose qu’une petite perverse polymorphe?

Sans doute pas, c’est de son âge. Pour arriver à ses fins, elle peut mépriser, jalouser, rabaisser, juger, faire du harcèlement ou manipuler de toutes sortes de façon sa victime. Moi, donc. Elle fait en sorte que tranquillement vous perdiez l’estime de vous-même et deveniez son bouche-trou, afin de garder l’emprise sur vous.

Elle attaque sur différents fronts, tentant de me manipuler en me mettant face à mes soit-disant responsabilités et en me demandant d’agir un peu plus en adulte. Elle m’a dit que je me comportais comme une petite section à qui on dirait qu’elle resterait toute sa vie en petite section!

Etorki a conclu en me disant qu’elle m’embrasserait « quand les poules auront des dents ». J’ai pleuré et ai finalement trouvé la force de lui demander d’où elle sortait cette expression triviale, conformément aux préceptes éducativo-psychologiques de Nadine de Rothschild ♥.

Elle m’a répondu que c’était George, son prince charmant, qui lui avait fait part de cette intéressante théorie.

Et oui. C’est ça, la théorie du gendre.

En plus, il s’appelle George…

 
Bébés mariés
Source image: http://www.mylittlekids.fr/imprimer_vetements-chics-droles-bebe-the-tiny-universe-marque-suedoise.html

Naissance, vie et mort d’une tarte aux pommes Top Chèfe #3 mardi, Avr 22 2014 

Hier, je tartai aux pommes. Je vous conte mon aventure par le menu (HAHA!).

Je coupe, j’épépine de cheval, d’ours ou d’éléphant, je pèle, je tranche. Je appliquée! Très. Il est indiqué dans les Évangiles selon Sainte Nadine ♥ que la pâtisserie est affaire de précision et de délicatesse.

Je me tâte: quelle sorte de pâte vais-je utiliser?

Je ne fais pas l’intéressante: quand on a des connaissances un peu poussées, on se met à douter de tout car on peu alors prendre en compte des paramètres inconnus des vulgaires quidams – encore appelés « pauvres ».

Pâte sablée, donc.

J’écrase des bananes – vengeance, pauvres phallocrates! – pour garnir le fond de tarte et les nappe de caramel au beurre salé.

On est bretonne et gourmande, on ne se refait pas.

Je dispose mes morceaux de pomme. J’enfourne.

Ça commence à cuire.

 

15 mn: ça commence à faire des bulles intéressantes.

30 mn: ça commence à dorer.

45 mn: le tour de la croûte est bien cuit.

1 heure: pourquoi seul le tour est cuit?

1 h 15: je vais baisser, sinon tout va cramer sauf la pâte qui reste désespérément molle.

1h 30: je vais aussi changer le mode de cuisson, je vais mettre à cuire seulement par en-dessous.

1 h 45: ils remarqueront à peine la couleur soutenue des bords de la tarte…

2 heures: inouï ce que ça peut mettre longtemps à cuire… Une tarte aux pommes mijotées.

2 h 15: est-il raisonnable de faire cuire une tarte aussi longtemps?

2 h 30: non! Je la sors.

Dommage qu’il n’y ait pas d’huissier, j’aurais pu battre le record de temps de cuisson de la tarte aux pommes.

Finalement, la pâte a raisonnablement durci en refroidissant.

 

Moralité: seuls ceux qui prennent le risque d’échouer spectaculairement réussissent brillamment.

J’ai triomphé du végétal. On s’est gavés. La vie est belle!

 
Tartes aux pommes et fin du monde

Les sushis home made. Top Chèfe #2 lundi, Avr 21 2014 

C’est une grande nouvelle pour les amis et protecteurs des animaux: le zoo de Londres a annoncé hier la naissance des premiers sushis en captivité. Une nouvelle qui redonne espoir pour la préservation de l’espèce qu’on dit en voie d’extinction en raison de sa sur-pêche en Asie.

Malheureusement, avec la reproduction du sushi en captivité, on ouvre aussi la porte à la production à la chaîne.

Bientôt les sushis seront – à l´instar des poulets – produits par centaines de milliers, en batterie, sans jamais respirer l’air frais de nos campagnes, ni l’odeur de la forêt après la pluie, ni voir la lumière du jour, ni le sel de la Terre mer, ni la couleur du ciel, ni goûter aux joies du shopping un jour ensoleillé de printemps, ni … Hum, je m’égare, veuillez avoir l’extrême obligeance de bien vouloir me pardonner.

En vérité, les pseudo-scientifiques n’ont que faire d’une éventuelle survie de l’espèce: ce qu’ils flairent, c’est le profit au détriment de la liberté animale et de la culture gastronomique française, dont le sushi au foie gras – et ses pommes sarladaises, rhââââââ^! – est un des plus beaux fleurons.

Et c’est précisément depuis la découverte de la famille des Makis, particulièrement la sous-famille des « California rolls » – la Rolls Royce des makis, aurait sans doute ajouté Nadine de Rothschild ♥ – que la surexploitation de ces pauvres choses a débuté, avec une forte exportation dans le monde, en particulier en Europe.

Personnellement, j’ai découvert ces merveilles lorsque j’habitais en Amérique, bien avant, mais mon humilitude m’interdit d’en faire état de façon trop appuyée, hihi!

Bref, l’Homme détruit encore une fois la Nature, mais, heureusement, des âmes charitables sont là pour conserver ce patrimoine.

Voilà pourquoi j’ai décidé de faire mes sushis avec mes mains à moi: on n’est jamais aussi bien servie que par soi-même d’une part et d’autre part, vous allez pouvoir en mettre plein la gueule figure à votre sale pute de belle-sœur lors de votre prochaine entrevue.

Poisson commandé, j’ai un super poissonnier qui vient le lundi sur le marché! On peut lui passer commande pour la fin de la semaine et il passe me livrer à la maison. C’est un type super sympa, qui s’est lancé à son compte il y a un an, hyper méritant. Un pauvre de valeur, un comme on aime, pas un smicard perfusé d’allocations empestant l’eau de Cologne bon marché – arf!

C’est lui qui m’a fait un assortiment: coquilles saint-jacques, saumon, maquereau, bar, daurade et un peu d’avocat et de Granny Smith – pour faire plaisir à ma grand-mère! Un régal!

Ma tarte de belle-sœur va se trouver dans l’obligation de reconnaître son infériorité encore une fois et se fendra, sur un ton contraint – ne présumons pas de l’état de son transit intestinal –  d’un:

 » Waouuuuu! T’es hyper douée !!!  Trop trop tip top!!! Ça donne faim!!!! »

 engloutissant avec peine l’unique série au surimi que je lui réserve.

Ce à quoi je répondrai sur un ton docte:

 » Avec le bon matériel, c’est très facile. C’était ma première fois et maintenant que j’ai trouvé le bon poissonnier, je pense que je recommencerai. « 

 
 
Sushis Obama
Source image: http://www.tofugu.com/2009/02/18/obama-sushi/

« Page précédentePage suivante »