Sortie de l’école jeudi, Mar 12 2015 

MT24

 

Publicités

La famille, pourquoi? jeudi, Nov 20 2014 

Pour poursuivre la réflexion amorcée dans le billet intitulé Leçon de morale:le plaisir, je vous propose que nous nous penchions sur le droit au mariage des belles-sœurs.
 
Certes, la conscience nous fait une obligation de fonder une famille; c’est un devoir social de transmettre à l’autre la vie que nous avons reçue, d’assurer la prospérité économique, la force matérielle et le prestige moral de notre pays.
On ne saurait trop conseiller aux jeunes gens d’épouser des jeunes filles bien constituées, ménagères actives et cœurs aimants, sans coquetterie et sans duplicité.

(suite…)

Violette thélytoque (je sais, c’est pas possible) mardi, Juin 10 2014 

Le titre n’a absolument rien à voir avec la suite du billet mais j’avais envie d’écraser ma belle-sœur de ma supériorité, elle le mérite amplement tellement elle est énervante.

 

Malgré la banalité de ce phénomène dans le monde sub-humain dans lequel elle évolue, ma belle-sœur a hérité de sa mère un don tout à fait singulier: elle est webdium. Son état lui permet de prédire l’avenir et elle a des révélations sous forme de flashes.

Non, ce n’est pas qu’un tube! Elle a aussi un ressenti, Madame!

Elle fait dans l’humanitaire. Elle est co-fondatrice de Webdiums Sans Frontière (WSF, non, ce n’est pas de la science fiction).
Ainsi, elle parcourt régulièrement le monde pour secourir les populations en détresse. Elle perçoit des informations sans l’intermédiaire des cinq sens et sans limitation d’espace et de temps (whaaaaaaaaa!).
Un jour qu’elle était dans le bush, elle fut demandée en urgence par un chamane aborigène de la tribu voisine. Heureusement, elle maîtrisait bien la langue locale – son enfance en Amérique l’avait rendue polyglotte – et estima rapidement la situation: fini le Temps du Rêve!
Le serpent Arc-en-Ciel et les Hommes Éclairs avaient pété les plombs et toute la communauté était dans la mouise.
On demanda donc à ma belle-sœur une prédiction sur cet avenir sombre. Tout le monde était très angoissé.
Évidemment, pas de flash…
 La belle-sœur déclara cependant (j’ai traduit pour une meilleure compréhension du lecteur, j’espère que les inexactitudes ne nuiront pas au déroulement de l’action):
 » Heuuuuuu, je vois beaucoup de boomerangs! Une grande réussite dans les affaires, mais ce ne sera qu’une embellie. Il faudra travailler dur pour transformer l’essai « 
Puis elle s’effondra épuisée.

 

Après avoir repris des forces (mentir, c’est crevant), elle se mit au travail pour réaliser sa prophétie. Elle commanda à tous les artisans et chasseurs locaux des boomerangs. Via internet, elle démarcha une clientèle aussi snobe qu’hétéroclite. Les commandes affluèrent, la tribu retrouva le sourire.
Quand on est une femme d’affaires, on a ça dans le sang!
Vint enfin le jour d’envoyer les commandes à ses destinataires. Tout se passait merveilleusement et on commençait à douter du côté temporaire de la chose.
Ben on n’aurait pas dû! Quelques jours plus tard, les paquets leurs furent retournés les uns après les autres.
Finalement, tous revinrent à leur point de départ.
 Ma belle-sœur se pencha scientifiquement sur le problème – elle est quasi médecin, elle a fait deux premières années à la fac – et aboutit à la conclusion qu’un boomerang reste un boomerang. Il revient dans la main de celui qui le lance, rien à faire!
Elle publia dans Nature et obtint le prix Nobel d’économie. Cette reconnaissance soudaine permit de mettre en avant la cosmogonie aborigène et les touristes affluèrent.

La prophétie était donc exacte en tout point. Ma belle-sœur fut royalement installée sur Uluru et élevée au rang d’Altjira, le dieu du Temps et du Rêve, qui créa la terre et se retira comme le Temps du Rêve disparaissait.
Alors t’as qu’à voir!

Elle fut ainsi condamnée au célibat géographique pour les siècles des siècles.

 

Allez hop! Un mojito à l’eucalyptus!

 

Pédagogie Montessori et belle-soeur: une incompatibilité physiologique? mercredi, Juin 4 2014 

Penchons nous aujourd’hui sur cette méthode d’enseignement dont on nous rebat les oreilles et puisque l’axe du blog est ma belle-sœur, vérifions leur compatibilité.

Je tiens à préciser que l’idée de ce billet m’est venue après avoir lu celui de Miss Barjabulle dont vous pouvez trouver l’intégralité ici.

Le cadre Montessori offre à la belle-sœur une ambiance agréable et sécurisée avec un matériel sensoriel très diversifié. Ce cadre et ce matériel, ainsi que l’éducateur (moi), donnent à la belle-sœur les moyens de découvrir et d’explorer, d’approfondir et de perfectionner les notions essentielles de l’instruction.On parlera bien d’apprentissage et non d’enseignement, dans le sens où l’on amène la belle-sœur à expérimenter les connaissances pour mieux les comprendre et se les approprier, plutôt que de lui transmettre passivement des notions qu’il appliquera ensuite de façon mécanique.La méthode Montessori un outil pédagogique unique pour une instruction à la fois solide, mais aussi, et surtout, respectueuse de la belle-sœur, qui est actrice de ses apprentissages.

Mais faut-il pour autant louer cette approche? Il me semble qu’on épargne à ma belle-sœur le stress de permanentes performances scolaires mais également que tous ses traits de caractère sont vécus par l’éducateur (moi) comme des problèmes.

Par exemple, si ma belle-sœur est placide et observatrice, je la catalogue un peu vite comme timide; si elle joue dans la cour en me bousculant, c’est qu’elle exprime un mal-être et lorsqu’elle est exubérante, c’est que ça ne se passe pas bien chez elle.

Bref, l’interprétation de l’éducateur (moi) serait-elle biaisée? Je retrouve dans cette réflexion les mêmes choses que dans ma recherche sur les doltistes, adeptes de Françoise Dolto.

Pour ne pas commettre de ciré et rester au plus près de la norme, je vais me contenter d’enfermer ma belle-sœur à la cave, avec un bâillon pour ne surtout pas rater les Feux de l’Amour.

 

La danse des canards, hébreu culturel mercredi, Mai 28 2014 

Une intro qui en jette: la Danse des Canards fut popularisée par le suisse Werner Thomas dans les années 50 sous le titre Der Vogerltanz. Marrant, j’aurais imaginé que ce serait plus un truc genre  » Le lac des cygnes  » le titre originel…

 

La chanson (si, si!) connut une nouvelle notoriété début des années 80 sous l’impulsion du producteur Marcel De Keukeleire – bienfaiteur de l’Humanité, donc – et l’interprète J.J. Lionel – un dieu, je crois que c’est tout simple et que ça résume parfaitement les choses.
L’air se vit associer des paroles – nous y reviendrons -, une danse chorégraphiée – j’adore le jargon officiel bien marketé sous tous les angles – et un visuel approprié – pas beau, approprié, on te dit.

Une nouvelle version techno – et voilà! Me suis étouffée avec mon beignet à la framboise – est apparue en 2007, Bird dance par DJ Birdy – il est créatif, le mec, c’est carrément décoiffant! Quelle audace dans le choix du spneudonyme! A part DJ Coincoin, il ne pouvait pas faire plus dingue.

Penchons-nous sur ce petit bijou délicatement ciselé. En souplesse!

C’est la danse des canards, qui en sortant de la mare, se secouent le bas des reins et font coin-coin. Ils se seraient mis à hennir, en même temps, la surprise eût été totale!
Faites comme les petits canards et, pour que tout le monde se marre (snorg et re-snorg), remuez le popotin en faisant coin-coin.
Ha quand même…
Sont forts, les porcs, comme dirait d’aucun de ma connaissance fier de ses origines bretonnes.
 J’ignorais que ça pouvait exister, à vrai dire, des gens capables d’engendrer un truc pareil.
A présent claquez du bec en secouant vos plumes avec beaucoup plus d’entrain et des coin-coin.
Là, ils se sont rendu compte que j’étais réfractaire, je pense. Je commence à flipper, c’est un fait.
Allez, mettez-en un coup (M’ENFIN!!!!! Je ne suis pas celle que vous croyez, bordel de maird!), on s’amuse comme des p’tits fous (les tournantes, c’est bien un truc de mecs! Je ne m’amuse pas DU TOUT comme un p’tit fou, moi!).
Maintenant pliez les genoux, redressez-vous (fermez les yeux et ouvrez la bouche, on a bien saisi le concept).
Refrain.

Je sanglote nerveusement. La panique s’est emparée de moi. Je pense au suicide. Je respire à fond et je me lance…
Tournez, c’est la fêteuh, bras dessus-dessous. Comme des girouetteuh, c’est super chouetteuh, c’est extra-fou!
C’est là que ça éclate au grand jour, l’hébreu culturel. Non, non, vous n’êtes pas victime d’hallucination ni même d’un virus internautique super agressif.
Ce sont réellement les paroles de la « chanson ».
Se sont fendus de 4 (quatre) couplets. Si. C’est possible.
Au départ, je ne le croyais pas non plus. Mais ils l’ont fait.

Néanmoins, on peut tirer une leçon de tout ça. Pas folichonne, la leçon, mais au moins elle existe: la fin du monde sera pire que la danse des canards.
Ok, je le concède, c’est une vision pessimiste de l’Apocalypse, mais il faut rester lucide. Ça pique fort les yeux.

Je vais me jeter un p’tit mojito derrière la cravate pour tenter d’apaiser la douleur.

 

Ire pré-estivale ($£**%ù§#@¤ de MAIRD!!) dimanche, Mai 18 2014 

Profitant de la douceur de vivre (Hollywood Chewing Gum), j’ai chaussé ma cahuzac de 7 lieues (cette bagnole est une fraude fiscale en puissance) et suis allée promener Armoiry au bord de la mer. C’est important de sortir son Armoiry, il en a besoin, surtout par forte chaleur.

Nous avons donc pris la direction d’une station balnéaire corsaire de notre connaissance, absolument charmante et d’une intimité propice aux week-ends en amoureux tant elle est peu fréquentée. On n’a jamais attendu plus de 45 mn pour se garer! A croire que la vermine paupérisée se multiplie au contact des rayons du soleil.
L’intimité étant essentiellement un état d’esprit, nous nous sommes accommodés de cette foule vulgaire, bruyante et odorante (crème solaire. A gerber.).

En rentrant de la plage, après avoir salué nos voisins de bronzette ( » Au revoir, M’sieurs Dames! « ), après avoir constaté que les jeunes filles en fleur offraient leurs poitrines aux regards lubriques des passants ( » -Tu fais quoi? – Ho ben je regarde les filles, mais sont pas encore bronzées, ce sont les premiers bains de soleil, là! « ) et après avoir flané sur les remparts, nous sommes passés à la caisse automatique du parking cocassement abritée dans une cabane, judicieux clin d’oeil au Canada, rapport à Jacques Cartier.
La-dite cabane était parfumée pour l’été: chez les corsaires, au début de chaque saison, les employés municipaux font pipi dans les recoins les plus insolites afin de laisser un souvenir olfactif impérissable de Notre Beau Pays aux quidams allophones (Allo? Allo! Nan, mais allo, quoi!!).

Le drame se dessinait déjà et j’en ignorait encore tout. Une fois notre dette acquittée, je me retourne et assiste médusée au spectacle qui s’offre à moi:
 » Coule, il est en train de pisser sur la cahuzac! « , m’écriais-je, boursoufflée d’indignation.
Un individu de sexe masculin, type caucasien, environ un mètre, cheveux mi-longs et tenue criarde était en train d’uriner sur la voie publique, en l’occurrence au niveau de la porte conducteur de ma caisse!
Son papa (♥) se retourne alors, carrément interpelé au niveau du vécu et déclare tout de go:
 » Ha, je ne savais pas que c’était la vôtre! Il avait très envie… « 
Je m’introduit en râlant dans la cahuzac souillée par les basses émissions d’un futur porteur d’un survêtement du dimanche:
 » C’est interdit par la loi, c’est assimilé à un dépôt de détritus! Pas étonnant que la France soit sale! Ni que la Terre soit polluée! « 
Et c’est là que j’ai craqué (jusque là, non, quoi qu’on puisse penser):
 » PÉQUENOT!! « 
Le-dit péquenot, giflé par l’insulte dans son Ralph Lauren du bled (y’a que la vérité qui blesse, en même temps), revient vers moi:
 » – Pardon?
– Monsieur, dis-je en ressortant de la voiture, confite dans mon bon droit et probablement rouge de révolte, vous êtes en train d’apprendre à votre petit (le pauvre est-il vraiment un Être Humain?) à se comporter comme un porc!
– Mais il avait très envie!
– Il y a des toilettes publiques à 20 m! « 

Il a eu peur, je devais vraiment avoir l’air mauvais, il a laissé tomber.

Armoiry n’a même pas eu à bander ses muscles hypotrophiés pour me protéger, tout comme il a été empêché de jouer avec sa carte d’agent spécial de la CIA des jouets pour chien.
Le pauvre devrait savoir qu’une belle-sœur qui a habité à Berlin au moment de l’incident de Tchernobyl n’est pas une belle-sœur ordinaire.

Hé hé!

 

La quête du Graas, Top Chèfe #4 mercredi, Mai 7 2014 

Ma famille est formidable sauf ma belle-sœur: une jolie brochette de fortes individualités au caractère marqué aimables et savoureuses. Pur bonheur à chaque rencontre.

Le seul inconvénient que je trouve à ces réunions, en dehors du fait que je me tape systématiquement tout le boulot, c’est le marathon de la bouffe. Après un week-end comme celui que je viens de passer, je suis au bord de la syncope papillaire!
Et c’est de ma faute: c’est moi qui ai fourni l’arme du crime…

Je vais mourir et c’est de ma faute. Je sens déjà la peau de mon ventre qui commence à se craqueler.
D’abord, les fibres de collagène de la peau s’étirent, mais elles finissent par se rompre. Comme toutes les fibres élastiques de ce précieux tissu d’emballage (c’est bientôt Noël, vous en êtes où avec les cadeaux? Comment? Pas encore commencé? Je rappelle que l’organisation est la clé d’un intérieur bien tenu et d’une vie de famille rondement mené d’après l’Évangile selon Sainte Nadine ♥).

Une à une, les protéines cèdent. Les desmosomes ne sont plus. Toutes les jonctions inter-cellulaires rendent l’âme.
Mon bide explose et la vérité éclate: j’ai trop bouffé!
Et c’est de ma faute!

Ainsi, le reste du monde peut constater que j’ai repris de la tarte aux pommes. Il s’esclaffe.

N’empêche que si le reste du monde avait goûté à cette petite merveille, il ferait moins le malin! Il en aurait repris deux fois, c’est sûr! Et vous constaterez que les femmes du monde sont rarement maigrissimes.
Ca y est, on aperçoit mon estomac (le péritoine n’est qu’un vague souvenir à deux feuillets trop transparents). Le pauvre! Il est plein à craquer.
J’ai aussi repris du fromage.

Burps! Mon estomac ne supporte pas le fromage, comme vous le voyez. Le chyme qui fouette le frometon, c’est moyen, hein? Pfff, vous dites ça parce que « Mont d’Or » n’évoque rien pour vous. Avec du pain frais… Orgasme papillaire… (oui, je sais, ce n’est pas la saison, mais je brode un peu pour donner du relief au propos)
Je continue de mourir, et c’est toujours de ma faute!

Pourquoi ne suis-je pas une vache avec quatre poches stomacales? Je pourrais reprendre de tout trois fois, ce serait tellement satisfaisant.
En même temps, on me traiterait de grosse vache. Faut peser le pour et le contre. Et ma belle-sœur pour l’humilier.
Là, je roule hors de table et file à la cuisine: il faut préparer le repas suivant.
On va faire quoi comme dessert? Un kouign amann aux pommes? Bonne idée, c’est bon pour le transit intestinal.
Je refuse de mourir le chyle trop sec!

 

Un intestin sain dans un corps sain, telle est ma devise du moment.

 
Sens de la vie

Source image pour Marie-Torne: Le sens de la vie, Monthy Python.

Source image: http://www.toutlecine.com/images/film/0003/00037986-monty-python-le-sens-de-la-vie.html

Allons-nous vers une anihilation de la famille? lundi, Mai 5 2014 

Oui, je le pense.

Les signes ne manquent pas et sont si nombreux qu’ils ne trompent sans doute pas. Une longue et pénible série de transformations nous attend. Je crois qu’on nous promet « Blood, toil, tears and sweat » – je supporte ponctuellement les Anglais qui sont pratiquement les inventeurs de l’Amérique.

Les conséquences me semblent terrifiantes à plus ou moins long terme.
Il peut paraître exagéré, au premier abord, de penser que le mariage pour tous est la porte ouverte au clonage ou à l’obligation de porter du rose le vendredi, mais si on regarde de plus près…

Si on lit entre les lignes, il apparaît clairement que la prochaine étape de la loi famille est le clonage.

On a repéré de nombreux Coréens suspects aux abords de l’Assemblée Nationale. Devinez quel pays est en pointe dans le domaine du clonage humain! Tadaaaaaaaam! Gagné, c’est la Corée. Du Sud. On ne peut même pas imputer ça à une influence communiste ordurière qui nous ferait perdre nos fondamentaux.

C’est donc probablement maçonnique, à l’origine. Une euphémisation insidieuse qui masque la dégénérescence intellectuelle induite.

Certaines de mes connaissances vont plus loin et pressentent carrément une aliénation totale de l’esthétisation vestimentaire tendant à banaliser la confusion des genres: le rose serait obligatoire tous les vendredis, de sept heures le matin à onze heures et demie le soir. La dictature socialiste est en marche et je pleure pour mon pays.

Je ne suis pas dupe. On nous manipule. Enfin, on essaie. Mais nous résisterons.

Vous verrez que bientôt les hommes porteront des jupes à carreaux et que les femmes auront le droit de faire du vélo en pantalon!

Les conséquences de ce flou finiront par être effroyables, en amenant à la perte de repères et de confiance en soi des conducteurs, et en générant un cortège de comportements associés dangereux.

Et pas seulement pour ma grand-mère.

 
 
Complot

Les couches et la philosophie sont-elles incompatibles? samedi, Mai 3 2014 

Assurément pas, contrairement à ce qu’en pense Armoiry.

Il a cette idée délicieusement surannée qu’une femme ne devrait pas lire de livres trop épais, hihihi! Il est chou!
En ce moment, lorsque je change une couche, mon cerveau bouillonnant explore les philosophes du néant de l’école de Nagazaki. Ou Kyoto, enfin bref, en Chine, quoi.

Car oui. Oui!

Que serait-il advenu de ce courant de pensée tellement effervescent si le militarisme et le nationalisme n’avaient pas été si intenses? Il faut, délibérément ou pas, ignorer la plus grande part des écrits de ces penseurs pour arriver à la conclusion que l’inspiration fondamentale qui porte leur pensée s’approche de l’idéologie du Japon en guerre.

Je passe mes journées à lutter au service des autres, contre la vulgarité et pour la renommée de Nadine de Rothschild – ♥. Vous imaginez bien qu’après des journées pareilles, j’ai besoin de décompresser et de prendre du temps pour moi. J’ai l’impression de ne commencer MA journée qu’à partir de huit heures le soir, du coup je fais durer le plaisir.Je me couche tard.
  Allez faire comprendre à un homme qu’on besoin de se nourrir intellectuellement d’autre chose que de programmations de lave-linges, de repassage, de leçons sur Louis XVI et de formulaire d’inscription de collège à 18 volets, assorti de ses 35 photocopies.
Intellectuellement un peu pauvre ce lot de notre quotidien, non ?

Armoiry fait la tête, c’est vulgaire. D’autant plus inexcusable que s’il gagnait décemment sa vie, il exploiterait quelques pauvres pour faire « ça » à ma place. Et les Descendants auraient un percepteur précepteur. Pour une fois, je voulais me coucher tôt. C’est mal parti…

Après un apéritif fort sympathique, je suis en train de faire crème pâtissière, choux, et crème au caramel beurre salé pour cacher ma désemparitude…

Difficile de renoncer à son altruisme quand il est constitutif!

 
Saturday Night Fever

Les bébés des autres sont tous des sales types samedi, Avr 26 2014 

Les bébés des autres sont toujours humiliants. Les petits salopards.

Ils tiennent assis juste avant six mois, marchent juste avant un an, sont propres à seize mois et demi, mangent tout seuls juste avant deux ans, vont à l’école avec bonheur à deux ans pile, apprennent à lire aux environs de quatre ans, sautent leur première classe en maternelle, perdent leur première dent à cinq ans et atteignent la puberté à 8 ans   et n’ont pas d’appareil dentaire  et mangent de tout depuis qu’ils sont nés.

Etorki dort une fois sur deux quand le voisin passe la tondeuse sous sa fenêtre pendant sa sieste. POURQUOI?

Toujours pas compris ce qui la réveille la fois sur deux où ça merde!

Évidemment, pas de chapitre « Tondeuse » dans les Évangiles selon Sainte Nadine ♥. ‘videmment. Je suis seule. Si seule.

On devrait faire suivre aux types des forces spéciales des entrainements dits « maternitaires » pour leur apprendre leurs limites en cas de privation durable de sommeil. Ne me dites pas qu’ils le font déjà, je n’ai jamais entendu parler de stages / manœuvres qui durent deux ou trois ans. Et mon beau-frère, qui a la peau mate, est gendarme.

Bref, je suis obligée de faire des errances insomniaques des Héritiers une généralité, regardant de travers et avec mépris quiconque tente de prendre un air important parce que son bébé pionce 15 heures par jour.

Il va sans dire que mes neveux ( = les nombreux enfants de ma belle-sœur ) dorment comme des anges dès la sortie de la maternité.

J’ai donc insidieusement posé des questions pour tenter de copier tout en m’en défendant les techniques qui semblent avoir fait leurs preuves. Un peu d’hypocrisie n’est avouable qu’en privé.

C’est comme ça que j’ai découvert le pot-aux-roses (on ne dit pas pot-aux-choux pour les garçons, aviez-vous remarqué?).

Une belle-sœur est un être si abject qu’il est capable de prétendre passer une nuit complète de sommeil lorsque celle-ci commence à minuit et se termine vers 5 heures du matin. Pouah!

Ma belle-sœur ne dort pas non plus, elle tente simplement de s’en persuader. Elle se voile la face. Elle est faible, MOUHAHAHA!

Hum. Pardon.

 
sommeil
 

Page suivante »