Monsieur Patate mercredi, Mai 21 2014 

Le mercredi, les enfants sont en vacances. Les rats!
Le mercredi, les parents turbinent à mort parce que les enfants sont en vacances. Les pauvres!
Le mercredi, les parents prient pour que le ciel soit clément: ils en viendraient presque à supplier le Grand Architecte de l’Univers.
Le Grand Architecte de l’Univers est facétieux: temps pourri.
Les parents pleurent.
Les parents se roulent par terre.
Les parents sont en pleine crise d’hystérie.
Nan! C’est pas comme ça que ça marche!
Le Grand Architecte de l’Univers leur souffle de s’aider et le ciel t’aidera.
Les parents sont regonflés à bloc! Si le Grand Architecte de l’Univers le leur demande, c’est probablement qu’ils en sont capables!
Les parents se replient au zoo, avec le secret espoir et la sourde inquiétude que leurs rejetons se fassent gober par un lion bien intentionné et compatissant.
Mais faut reconnait’: c’est bien foutu, un zoo. Laissent pas les animaux s’empoisonner facilement!
Au zoo, le pestac est partout:
 » Regarde, le gros, là, c’est un tapis! « 
Pas encore, Trésor, pour le moment, c’est encore un tapir. Mais ça se mange et même que c’est plutôt bon.
 » Les enfants, v’là les souris-cats! « 
Z’ont pas bien regardé le Roi Lion, ce sont des suricates.
Les zoos des temps modernes réservent des surprises: ils laissent en liberté des êtres étranges sans doute venus d’ailleurs…
Au cinquième zoo de l’année, j’ai rencontré Monsieur Patate.
Il est de petite taille et semble doté d’un caractère fougueux voire rebelle.
Il semblerait que le Mossad l’ait coincé parce qu’il a tenté d’échapper à ses gorilles via les airs en s’acoquinant avec les rapaces du pestac de fauconnerie!
Monsieur Patate ne peut pas être seulement un enfant très laid et très capricieux.
Je n’y crois pas.
On nous ment.
Grand Architecte de l’Univers, tu ne peux pas laisser les animaux voir un morveux pareil!

 

Léon l’étron mercredi, Jan 29 2014 

Toujours sympa une après-midi à la médiathèque, c’est chouette de cultiver sa descendance, de lui inculquer les rudiments de ce qui fera plus tard sa totale supériorité en société.

Les livres sont la source du pouvoir puisque, comme disait l’autre, savoir, c’est pouvoir. Enfin… pas toujours: aujourd’hui, les Héritiers sont tombés là-dessus, je suis effondrée:

 

Léon

 

Si. Ça existe en vrai! L’auteur s’est-il fait plaisir? S’agissait-il d’un pari?

Je feuillette quand même, à l’affût d’une bonne surprise et consciente que mon devoir est de me sacrifier pour mes enfants.

Léon souffre car il ne trouve pas de potes appréciant la crotte, ce qui le conduit au suicide.

Ils proposent de vraies solutions dans ce bouquin et je suppose que le gouvernement ne tardera pas à imaginer une loi pour donner la liberté aux étrons de se suicider s’ils le veulent. On est bien contents de se faire rincer d’impôts pour la bibliothèque municipale quand on voit ça, n’est-ce pas?

Pour une fois que la littérature de daube est lucide et assume sa merdocrité, je suis séduite!

J’avoue, j’attends fiévreusement le tome 2. Est-ce que ce sera Wenceslas la chiasse? Léo la gastro? Félicité la diarrhée? Samantha le caca? Suspens torride…