Twitter jeudi, Avr 24 2014 

Twitter, rengaine souveraine de mes semaines,
Il y a deux ans, une découverte soudaine
Me conduit vers toi et ta cour mondaine
Je n’étais pas une indigène
Et j’ai dû lutter contre les hyènes
De cette contrée lointaine.

 

Twitter, rengaine souveraine de mes semaines,
Dans la nuit noire comme l’ébène
Tu es comme un alien en tungstène,
Solide comme le chêne
Ami anxiolytique et sans-gêne.
Jamais tu ne la ramènes!

 

Twitter, rengaine souveraine de mes semaines,
Tu débordes de haine,
Laissant la parole aux schizophrènes
Dans une ambiance lacrymogène…
C’est ce qui arrive quand on mange des champignons hallucinogènes
Autant se pinter au benzène ou l’acéthylène!

 

Twitter, rengaine souveraine de mes semaines,
Telle la porcelaine
Tu es fragile: un vrai phénomène!
On se demande comment tu fais dans l’arène
Pour survivre à cette atmosphère pathogène
Limite inhumaine!

 

Twitter, rengaine souveraine de mes semaines,
Je sais bien que tu te démènes!
Fais gaffe: les fumigènes, c’est cancérigène…
Tu fais la sirène mais tu es une murène
D’ailleurs tu empestes le kérosène!
Je suis certaine que tu t’arroses de trinitrotoluène.

 

Twitter, rengaine souveraine de mes semaines,
Je te laisse les rênes:
Tu es le capitaine!
Tu es une invention si parfaite que quasi humaine
Non, je n’ai pas fumé de marjolaine…
Ce serait trop facile et donc obscène!

 

Twitter, rengaine souveraine de mes semaines,
Parfois anxiogène
Il arrive que tu me malmènes
Mais je te connais, Vilaine!
Tu ne me fais pas peur, sous tes allures de châtelaine hautaine
Parce que JE T’AIME

 

Amen.

Twitter
Publicités

Ode à la pizza vendredi, Mar 28 2014 

Pizza, pizza, que j’aime ta mozzarella!
Pizza, pizza, tant douce, plus que la pasta!
Votre bouche détecte-t-elle cette subtile et papillaire toccata?
La salive déborde déjà.
Je vais me jeter sur toi telle un piranha,
Ou alors me mettre au yoga…
Il paraît que c’est bon, le soja.
Mais je crois que celle que j’aime, c’est Toi.
PIZZAAAAAAAA!

 

Pizza, pizza, ha! Tu es là!
Pizza, pizza, j’ai rêvé de toi.
Petite ou grande, telle un boa
Tu t’enroules autour de mon estomac.
De la cuisine, tu es l’alpha et l’oméga.
Tu es digne de toutes les garnitures, coppa ou gorgonzola,
De tous les lieux, véranda ou cafétéria,
De toutes les boissons, sangria ou Coca-Cola…
PIZZAAAAAAAA!

 

Pizza, pizza, combien de fois?
Pizza, pizza, dis-le, je ne sais pas…
Je me gave, finis les prêchis-prêchas
A ta vue, je renonce aux rutabagas
Tant pis pour mon régime, je porterai des pyjamas
De toute façon, je n’aime pas les bas. Na!
Je vais te manger vautrée sur le sofa
Bourrée de grappa.
PIZZAAAAAAAA!

 

Pizza, pizza, au feu de bois…
Pizza, pizza, pitié! Montre-toi!!
Peut-être devrais-je me retirer dans la taïga
Là-bas, au fond des bois.
Tu aurais un petit goût fumé d’épicéa
Je serais ronde de vodka
Prête, qui sait, à danser une mazurka ou une polka
Sur les mains et dans une datcha.
PIZZAAAAAAAA !

 

Pizza, pizza, encore une fois!
Pizza, pizza, on remet ça?
Je crois que j’ai le ténia
Je rentre encore dans mon bermuda!
Est-ce que ça va durer, tout cela?
Vais faire une cure de tapioca!
Tapioca et paella? Mais non, je ne peux pas:
Je suis à la pizzeria!
PIZZAAAAAAAA!

 

Pizza, pizza, c’est quoi ce gymkhana?
Pizza, pizza, tu es à la féta?
Et pourquoi pas des chipolatas?
Tout fout le camp, dirait Papa…
Bientôt flambée au calva
Et parfumée au gardénia!
Je suis contre le plagiat
Et ça devient une vraie saga.
PIZZAAAAAAAA!

 

Pizza, pizza, restons-en là.
Pizza, pizza, c’est mieux pour toi.
Je vois déjà le schéma:
Tu vas faire ton cinéma. Comme à chaque fois!
Tu te vengeras (élevée par la Mafia)
En faisant péter les coutures de ma parka
Mais surtout ne change pas d’un iota
Quand tu t’insinues dans mon plasma, adieu les traumas!
Je sombre dans le coma
Pizza…

 
super pizza